Le Dijon Racing Slot est club privé disposant d'une piste de slot racing permanente à Dijon compatible avec les voitures Scalextric, Ninco, Fly, Carrera, MRRC, Revell.

Jaguar Type D

Après la Ferrari 250 GTO, voici un autre mythe de la course automobile ; la Jaguar type D, 3 fois vainqueur aux 24 heures du Mans en 1955, 56 et 57.


L'essai a été réalisé sur la piste du Thaï-Phong avec de gauche à droite et de bas en haut :
Scalextric (1961), Carrera, Scalextric (2010), AutoArt. Les voitures sont strictement d'origine, les aimants ont été retirés et remplacés par un lest en plomb de taille équivalente. La seule préparation a consisté à roder légèrement les pneus pour améliorer l'adhérence. Chaque voiture a effectué 20 tours chronométrés sur la piste 3 du Thaï, le meilleur temps a été conservé.

1ère Scalextric (2010) : 11"95
La Jaguar D de Scalextric est issue de coffret "Le Mans 55" où elle est accompagnée d'une Mercedes 300 SLR. Des quatre voitures essayées elle est non seulement la plus rapide mais également la mieux finie, hormis les roues qui sont plus fines sur l'AutoArt. La décoration est très fidèle, le pilote parfaitement reproduit et l'éclairage donne une réelle touche de réalisme. Comme toujours les pneus d'origine ne sont pas assez adhérents pour obtenir de bonnes performances. La voiture est bien équilibrée, les jeux de transmission acceptables et le moteur suffisamment puissant pour rouler vite dans les vallons du Thaï-Phong. La décoration est celle de la voiture gagnante de la tragique édition des 24 heures du Mans 1955.



2ème Carrera : 12"79
La version de Carrera est une D "Short Noze", légèrement différente des "Long Noze" de Scalextric et AutoArt. Comme toujours chez Carrera, il faut modifier ou changer le guide pour pour pouvoir rouler sur une piste Scalextric. La reproduction est fidèle, les détails et accessoires sont complets mais moins finement reproduits que sur les autres voitures. Le moteur central est évidemment un avantage pour l'équilibre de la voiture mais il ne permet pas d'installer un pilote et un intérieur complet. Là encore, les pneus trop durs ne permettent pas de passer la puissance. Avec une voiture très préparée (pneus compétition, moteur rodé, guide adapté), il est alors possible de rouler vraiment vite.  La décoration est celle de la voiture arrivée seconde des 24 heures du Mans 1954.



3ème AutoArt : 12"89
AutoArt, constructeur chinois connu pour ses modèles statiques au 1/43, présente également quelques voitures de slot racing. Cette Jaguar D "Long Noze" est finement reproduite sur les standards des maquettes de vitrine. Les roues sont magnifiques et percées de véritables trous, de (trop)  nombreux accessoires sont chromés, par contre le pilote est ridiculement petit (sans doute issu de la gamme au 1/43ème). Sur la piste le ramage n'est pas à la hauteur du plumage. La voiture grogne, est lente. Le moteur placé très en avant déleste le train arrière et les jeux dans la mécanique résonnent dans la carrosserie. La peinture est nettement trop foncée et tire sur le noir, la décoration moins fidèle que la Scalextric est également celle de la voiture gagnante des 24 heures du Mans 1955.



4ème Scalextric (1961) : 13"69
Comparer un monument historique avec des productions modernes peut sembler osé, mais le slot racing n'est pas sectaire et conduire une voiture de 50 ans d'âge est toujours une joie pour un pilote. Scalextric a reproduit une Type D "Short Noze" dépourvue de la dérive verticale derrière le pilote. L'échelle est plus proche du 1/30ème et la voiture est un peu plus grosse que ses concurrentes modernes. La gravure est fine et les formes réalistes. Le pot d'échappement chromé est la seule pièce rapportée avec le tête du pilote et le pare-brise. Sur la piste le gros moteur RX a une grande inertie, les reprises sont un peu molles mais la vitesse de pointe est très correcte. Le guide très reculé donne une dynamique inhabituelle à la voiture, mais au bout de quelques tours on prend réellement plaisir à faire tourner cette légende du slot racing.
NB : les tâches noires qui apparaissent souvent sur les vieilles Scalextric sont dues à une réaction chimique entre le plastique de la carrosserie et le produit de démoulage des pneus. Ce phénomène est irréversible et les collectionneurs soigneux doivent stocker leurs voitures dépouillées de leurs pneus pour éviter, ou ne pas amplifier le problème.

Lotus 7 Caterham Scalextric

Ben mon vieux, il était grand temps de sortir une nouvelle Caterham car les prix flambent sur Ebay et on délire complètement ! Pensez donc, 115 € une Caterham Gulf et bien d’autres aussi à ce prix là ! N’importe quoi. Une Caterham Gulf et bien j’en ai fais une pour pas cher épicétou …Non messieurs je ne vous donnerais pas 115 €  + le port !!!.  Bref j’ai tout craché ce que j’avais en travers et maintenant, commençons la prépa / sans s’occuper de ma déco perso Gulf /.



 Donc comme dab virer l’aimant et 1er essai sortie de boîte …oh mais c’est déjà pas si mal que ça. Bon avec les pneus d’origine ça cire un peu mais c’est bien. Par contre, il faut absolument lester ce bolide beaucoup trop léger et sujet aux tonneaux si on bastonne un peu.
Démontage méticuleux de la bestiole. Donc ensuite, lestage avec 2 petits carrés de plomb sous chaque siège et idem à l’avant entre le moteur et le guide, c’est coton mais il faut le faire. Nouvel essai : bon comportement, nettement mieux que la première fois.  Ceci étant fait, passons aux réglages de base : rodage moteur (il a pris 3500 tr/mn en 2 heures), graissages divers et d’hiver et nouvel essai. Super bagnole sur la piste , sans la comparer a une NSR ou une Slot-it mais …c’est déjà pas mal et amusant à piloter. Une monotype de Caterham, ça doit envoyer grave à mon avis..



Pour pousser un peu plus loin la prépa, j’ai ajouté des taille basses à l’avant et 2 beaux Slot-it P6 en 21x10 à l’arrière. Là ça cause encore plus mon p’tit gars !!! Voilà épicétou, tout le reste d’origine.  Les photos montrent le véhicule neuf blanc avec une bande rouge tel qu’il est proposé à la vente et sur d’autre photos, ma version Gulf.  Sincèrement j’aime beaucoup le look de cette caisse ….et vous ? sympa non ?
Attention tout de même, démontage délicat côté avant entre le train avant et les phares (phares partie la plus fragile sur la Caterham).



Allez, dormez en paix brave gens.  PAUL.

Willys 1941 coupé Hot Rod Carrera


Depuis longtemps, je lorgnais ces Carrera Hot Rod au look démentiel et aujourd’hui je reçois mon premier exemplaire du genre, la Willys 1941 superbe à la ZZ Top ... et déjà un autre modèle est en route la Ford Hot Rod 1932. Pourquoi avoir choisi en premier la Willys…et bien c’est celle qui a fait tilt en premier épicétou.  Toutefois, ayant eu beaucoup de déception avec cette marque, je me méfiais  un peu, oui…quand même un p’tit peu !!!
Bon, je commence par enlever très violement les deux gros aimants et la pose sur la piste Scalex Sport. Comme prévu, le guide est trop épais et à certains endroits ça coïnce. Une fois l’épaisseur du guide réduite de moitié à la meule Dremel, je refais les essais. Très vite un autre problème survient. Dans chaque virage, à chaque dérapage, la butée de débattement du guide (trop petite) fait sortir la voiture de la piste instantanément. Damned et crotte de Youki, je démonte rapidos et cutterise grave avec une lame neuve !!!. Et en avant pour un autre essais. Bingo, le comportement s’améliore beaucoup et je reprends espoir dans la bête.



Maintenant je passe à la préparation DRS, un lest central sur l’avant, deux pneus NSR genre 21x12 à l’arrière Ultragrip ou Supergrip (voir même des Fly classic en Ultimat ou NSR ça doit passer), si si ça passe, bon il faut tirer un peu dessus mais ça l’ fait. Sur l’avant j’ai mis des pneux fins de Ninco GT en tirant aussi dessus. Certes les 4 pneus étaient pas contents mais une fois en place ils se sont calmés épicétou ! Faut dire aussi qu'à chaque fois, je leur fais des propositions qu’ils ne peuvent pas refuser.
En début d’après-midi, j’attaque le rodage moteur, rodage pneus et graissage de toutes les parties mobiles. En fin d’AM, c’est une bonne surprise que je découvre. Fini la voiture médiocre que j’avais entre les mains à la sortie de boîte. Bonjour la voiture agréable et saine. Comportement très bon pour cette Willys 1941 fun custom ZiZi.  Donc recette pour ce petit bijoux, tout d’origine, sauf pneus + alésage du débattement guide + lestage à votre convenance …épi pour ceux qui n’aiment pas lester, ben ils iront la ramasser !!! puff puff. Aller à bientôt, PAUL.




Ferrari 312P Racer

Comme promis, voici mes impressions concernant la Ferrari 312P.V12 Le Mans 69 fabriquée par RACER. Si vous êtes minutieux, attentionné et patient, alors le kit résine 312P Racer sera pour vous un jeu d’enfant. La corrosserie est peinte et vous n’avez plus que les décalcos à poser. Les décalcos Racer sont de très bonne qualité, vous pourrez vernir sans problème. Pour la mécanique, sur les conseils d’un ami sloteur au DRS Dijon, Christophe pour ne pas le nommer, j’ai monté un moteur NSR 20K sidewinder (voir photo) largement suffisant à mon avis. Les 4 roues sont en alu et à vis bien sûr mais non peintes . Après la peinture dorée appliquée sur ces jantes, c’est tout bon …Magnifique cette 312, mais si on essayait un peu cette merveille !




Je pose le joyau sur la piste et démarre tranquillos pénard sans la brusquer. Tout doucement je monte dans les tours. Voulez-vous que j’vous dise ? Oh oui !! Bon devant tant d’insistance, je déclare cette voiture exceptionnelle et magnifique ! Cette petite merveille est silencieuse, bien assise, agréable à piloter. Elle enchaîne parfaitement les virages même en violentant la Parma. Pour les pneus, ce sont des NSR 5201 à l’AV et 5241 à l’AR. Piloter une 312 Racer est un privilège pour moi. Rien d’autre à ajouter, c’est 20 sur 20, limite 0 défaut..c’est pour vous dire combien c’est top de top. C'est un cadeau splendide qu’on m’a offert …rien que du plaisir / merci Christophe.